STOLTZ Jean-François

1942-2023

` sommaire

Echanges franco-chinois : diaporama

 

ELOGE par la Professeure D. BERSOUSSAN

C'est avec une immense tristesse que nous avons appris jeudi dernier le décès de Jean-François STOLTZ survenu brutalement le 2 octobre 2023, alors qu'il était âgé de 81 ans.

Jean-François STOLTZ était Professeur d'hématologie et praticien hospitalier (PU-PH) et avait fait toute sa carrière à Nancy, d'abord au centre de transfusion sanguine puis à partir de 1996 au CHU de Nancy.

Diplômé de la prestigieuse Ecole des Mines de Nancy, Jean-François STOLTZ a très vite appliqué ses connaissances d'ingénieur à la santé en menant des travaux de recherche en rhéologie, domaine dans lequel il a acquis une renommée internationale.. Le Pr François STREIFF a rapidement identifié ses capacités et l'a pris à ses côtés au centre de transfusion sanguine. Il lui a confié au début des années 80 la mise en place du fractionnement du sang, activité qui s'est interrompue dans les suites de la terrible affaire de la contamination du sang par le virus du Sida.

Jean-François STOLTZ fut douloureusement marqué par cette affaire et y a souvent fait référence dans la suite de sa carrière. Jean-François STOLTZ a su rebondir après cette tragédie et s'est investi en recherche, créant l'unité CNRS 7563 Mécanique et Ingénierie Cellulaire et Tissulaire, mettant au cur de ses recherches la rhéologie et la biomécanique. De nombreux collègues du CHU de Nancy ont intégré cette unité de recherche et ont passé leur DEA et/ou leur thèse d'université grâce à son encadrement. Notons qu'il a de plus, dans la suite de sa carrière, dirigé plusieurs années l'Ecole Doctorale BioSE.

En 1996, Jean-François STOLTZ a souhaité quitter le centre de transfusion sanguine et rejoindre le CHU de Nancy où il a pris la direction de la Banque de Tissus qui se créait pour répondre à un impératif réglementaire. Il a très vite perçu le tournant qui s'opérait sur les activités tissus-cellules et a uvré pour que le CHU de Nancy intègre l'ensemble de ces activités constituant un maillon important de la chaine de la greffe, au moment de la création du nouvel Etablissement Français du Sang. Il a naturellement pris la responsabilité des activités de Banque de Tissus et de Thérapie cellulaire, toutes deux relevant de Bonnes pratiques communes. Il a assumé cette responsabilité avec beaucoup de professionnalisme, mettant toute son énergie à convaincre le directeur général de l'époque de créer une structure à la hauteur de l'importance de ces activités. Grâce à son approche visionnaire et sa force de persuasion, l'UTCT a pu s'installer en 2005 dans un bâtiment neuf dédié permettant la réalisation de bon nombre d'activités innovantes dans les domaines de la thérapie cellulaire et tissulaire afin de répondre à la sollicitation des cliniciens pour une prise en charge optimale des patients. Sur son impulsion, les activités depuis n'ont cessé de se développer, une banque de sang placentaire nationale étant créée en 2012 et un département Médicament de Thérapie Innovante en 2014.

Jean-François STOLTZ a également répondu présent à la sollicitation de la Région pour monter de toute pièce la collaboration internationale avec la Chine (Nancy-Wuhan/Kunming/Shangrao). Cette collaboration a vu le jour il y a plus de vingt cinq ans, au moment où la Chine s'ouvrait et a permis d'accueillir plusieurs centaines d'étudiants chinois sur la faculté de médecine de Nancy ainsi que des étudiants en thèse d'université qui ont enrichi les recherches et connaissances des unités de recherche locales et qui se sont formés. En retour, il a organisé des séminaires et des cours en Chine, y conviant nombre de nos collègues universitaires ou hospitalo-universitaires. Cette collaboration internationale a pris un essor considérable et il était très impressionnant lorsqu'on l'accompagnait en Chine de voir à quel point il était respecté et considéré par nos hôtes chinois. Son intérêt pour l'autre et sa culture, et son sens exemplaire de la diplomatie ont été des qualités cruciales pour tisser une relation durable et sincère avec nos collègues chinois. Alors qu'il prenait sa retraite, il a créé un réseau de recherche international avec la Chine sur les cellules stromales mésenchymateuses, le réseau CNRS IRN CeSMeR qui perdure.

Enfin, Jean-François STOLTZ , qui dirigeait depuis de longues années un DEA (Master ensuite) a, là aussi, été visionnaire en créant au début des années 2000 la licence d'ingénierie pour la santé. Cette licence, dont le succès n'a pas faibli depuis, a contribué à la formation de nombreux étudiants, les meilleurs intégrant le master et restant en thèse d'université. Elle a été reprise au départ à la retraite de M STOLTZ par l'une de ses meilleures élèves : le Pr Céline HUSELSTEIN.

Dans ce parcours hors du commun, il faut souligner le fait que Jean-François STOLTZ a eu un impact décisif favorable équivalent sur les trois valences : hospitalière, recherche et enseignement. Notons qu'une reconnaissance lui a d'ailleurs été donnée par son entrée à l'Académie de Médecine.

Toutefois, le plus important pour les personnes qui l'ont côtoyé reste ses valeurs humaines. Jean François STOLTZ avait à cur de former les « jeunes » de leur fournir toutes les clés pour ouvrir les différentes portes leur permettant de mener leur carrière. Il le faisait avec un paternalisme bienveillant, s'investissant sans limite et défendant avec acharnement les carrières de ses « jeunes ». Il encourageait, accompagnait, valorisait et soutenait les plus jeunes, toujours avec gentillesse, sans jugement. Il a veillé, longtemps avant son départ à la retraite, à préparer sa succession afin d'assurer la pérennité des activités qu'il avait montées.

Au-delà de son investissement professionnel, Jean-François STOLTZ était aussi un homme passionné d'histoire, qui savait vivre et profiter de ce que la vie peut apporter de bonheurs et petits plaisirs. C'est certainement cet équilibre qui a nourri sa force dans le travail.

Jean-François STOLTZ citait souvent La Fontaine ou Churchill. Alors, empruntons à ce dernier cette citation pour Monsieur STOLTZ :

« Ce qui caractérise un grand homme, c'est sa capacité à laisser une impression durable aux gens qu'il rencontre »